Alexandre Jollien est né en 1975 avec une infirmité motrice cérébrale. Il a passé 17 ans dans une institution pour personnes handicapées. Aujourd'hui philosophe, écrivain, ses livres rencontrent un large succès. Il savoure le bonheur de regarder grandir ses 3 enfants, conscient du chemin parcouru, toujours en action pour apprivoiser la douleur et s’abandonner à l’instant :

«Être vrai, me dépouiller des masques, oser l’abandon plutôt que la lutte, voilà qui me guide dans le périple de l’existence, où jamais nous ne pouvons nous installer. Pour demeurer fidèle à soi, pour vivre une authentique simplicité du cœur, tout un art est requis. C’est celui-ci que j’ai librement esquissé ici. Comment s’abandonner à la vie sans baisser les bras ? Comment goûter la joie sans nier le tragique de l’existence ? Comment traverser le découragement sans devenir amer ? »

L’auteure nous plonge au cœur du XXème siècle à travers l’histoire d’une famille de l’aristocratie anglaise. On découvre  le destin  romanesque de six sœurs fantasques et pleines de paradoxes, à la fois frivoles et engagées jusqu’à l’extrême. Issues des mêmes parents mais ayant fait des choix parfois radicalement opposés, elles seront le reflet d’une époque tourmentée.

Que feriez-vous si d’un coup, vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps...

Britannique d’origine bahreïnie, trompettiste et bugliste, Yazz Ahmed est une artiste singulière de la scène anglaise, amoureuse des expériences sonores, du mélange des genres et des collaborations audacieuses…Pour preuve, elle a déjà travaillé avec Max Roméo, Lee ‘Scratch’ Perry ou encore Radiohead…

Le bouton de nacre est une histoire sur l’eau, le Cosmos et nous. Elle part de deux mystérieux boutons découverts au fond de l’Océan Pacifique, près des côtes chiliennes aux paysages surnaturels de volcans, de montagnes et de glaciers. A travers leur histoire, nous entendons la parole des indigènes de Patagonie, celle des premiers navigateurs anglais et celle des prisonniers politiques. Certains disent que l’eau a une mémoire. Ce film montre qu’elle a aussi une voix.