Originaires d’Austin au Texas, les Black Angels sont devenus en moins d’une décennie la référence incontestée du revival psychédélique. Ces anges noirs, qui tirent leur nom d’une chanson du Velvet Underground, s’inscrivent ainsi dans une longue tradition de rock sombre et toxique. Motifs répétitifs, guitares distordues à grands coups de fuzz : le son des Texans impressionne.

Sliv Dartunghuver, jeune Islandais de 23 ans, est recruté par une agence de conseil environnemental de Reykjavik. Très vite, il comprend que cette activité n'est qu'une façade et que derrière la société Baldur, Furuset & Thorberg se cache une organisation secrète internationale qui falsifie la réalité et réécrit l'Histoire : Inventer un film qui n'a jamais existé, un événement historique, une espèce animale, une tribu africaine... Sliv s’interroge : quel est le but du CFR, son financement, ses motivations ? Il lui faudra accepter de ne pas tout savoir.

Université d'Oxford, 1663. Le professeur Grove est retrouvé mort dans son cabinet. L'autopsie est formelle : il y a des traces d'arsenic dans son foie. L'enquête conduit à l'arrestation de sa servante. Interrogée, elle est jugée, condamnée et exécutée. Que s'est-il réellement passé ce jour-là ? A ces questions quatre témoins apportent des réponses différentes et contradictoires. Le premier est Marco da Cola, médecin vénitien, qui se trouvait à Oxford au moment des faits. Son témoignage est contredit par celui de Jack Prestcott, fils d'un traître mort en exil, ainsi que par celui du Dr John Wallis, maître espion au service du pouvoir. Il faudra attendre le récit de John Wood, historien, pour entrevoir ce qui pourrait être la vérité.

« Notre devoir le plus impérieux est peut-être de ne jamais lâcher le fil de la Merveille. Grâce à lui, je sortirai vivante du plus sombre des labyrinthes. »
  À partir de cette magnifique formule de Christiane Singer, qui fut son amie, Bertrand Vergely aborde un sujet non seulement essentiel, mais indispensable à l’équilibre de chaque être humain : la faculté de s’émerveiller, encore et toujours, envers et contre tout. Car celui qui s’émerveille n’est pas indifférent, mais ouvert au monde, à l’humanité, à l’existence.

George est née garçon mais ne s’est jamais sentie autrement que fille. Sa mère est très fière d’elle, pensant qu’elle deviendra « un jeune homme très bien », tandis que son frère la surnomme « frérot » ou que sa meilleure amie Kelly ne voit aussi en elle qu’un garçon. Lorsque la classe doit monter une pièce autour du Petit monde de Charlotte, George veut plus que tout avoir le rôle de Charlotte, mais les gens sont-ils prêt à la voir telle qu’elle est ?