Ces jours qui disparaissent / Thimothé Le Boucher

Que feriez-vous si d’un coup, vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps...

Le jeune et très talentueux Thimoté Le Boucher nous offre avec ce titre un formidable scénario. Il va au bout de la schizophrénie de son personnage, prenant le temps de détailler les effets de ce trouble sur le quotidien professionnel, social, sentimental de Lubin, mais aussi en installant progressivement un conflit entre ses deux personnalités. Sous couvert de trouble psychique, nous évoluons sans cesse aux frontières du fantastique, sans jamais y verser pleinement. L'auteur pose des questions essentielles sur l’identité et la dualité qui peut parfois exister en nous. Sur les passions, l’utilité sociale, la gestion du temps et la vie qui file beaucoup trop vite. Mais aussi sur les mystères de l’amour : il devient inéluctable, pour la tierce personne amoureuse, de n’aimer un même corps qu’un jour sur deux...Une pépite que l'on dévore d'une traite, récompensée à juste titre du Prix des libraires BD au dernier festival d'Angoulême.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.